Si vous souhaitez mieux me connaître

http://www.laurent-bismuth-peintre.com

Article de presse :

Au-delà des limites Entre pissenlits, soufflés par les vents contraires, entre les oppositions picturales et autres amours volatiles… de la ville à l’Espace, le vertige se fait jour. Partant de l’infini pour arriver aux tours…. entre explosions de joie, colorées, libérées des dernières réticences…. et lâcher-prise du trait, dans l’instant du tracé, s’exaltera la joie au-delà des angoisses latentes, prégnantes et si pudiquement refoulées… Et voilà Laurent Bismuth, 45 ans, fils de parents de confession juive, que rien ne prédestinait à se lancer dans la peinture. Laurent qui aujourd’hui nous présente avec beaucoup de force, ses tracés de beauté, son inconscient palpable, ses sentiments fugaces….. Il se lance tel l’enfant dans un jeu sans limites, où les règles et les lois ne sont construites que pour limiter l’esprit créateur. Qu’est-ce à dire ? De la comptabilité à l’art, de la précision des chiffres à la naissance d’une œuvre aboutie, n’y aurait-il qu’un infime, minuscule pas à franchir ? Dans le courage humble, presque puérile de celui qui se donne les moyens d’être lui-même. Non, LB ne sera pas celui qui hésite et qui « procrastinerait » sur le sujet de sa libération artistique, de sa libération tout court et de la découverte qu’il a en lui-même, d’un potentiel à laisser être… Il ouvre ce qui en lui dirige son bras, sa main, dans les éclats qu’il nous propose d’observer sans jugement aucun. Son premier thème : « la dernière fleur sur Gaya » suite de 10 tableaux représentants une fleur, balayée par les vents sur une planète qui dévastée par la folie de l’Homme… de la fleur soufflée, à celle dans la tourmente, de celle des champs ou encore face à l’orage….cette série surprend par la spontanéité de la représentation et des différences de tons, de tailles et d’impact sur notre œil en déphase d’incrédulité ! Quelques oiseaux virent le jour…. entre bébés phénix endormis formant un cœur sur un fond de dualité ying et yang et Larosterna Inca qui nous éclaire dans une œuvre en spirale…. l’amour serait-il un point commun qui relierait l’ensemble ? Puis vinrent les tours issues de villes tourmentées….Tokyo, Manhattan….le tout dans des reflets bien intrigants…. Mais peu à peu, le travail s’exalte……ce qui reste encore de figuratif s’estompe progressivement….. Les trois Galaxies surprennent, Le Soleil rouge provoque, le Devil fog interroge… le souffle de vie nous montrerait-il Dieu ? le pinceau se libère ainsi que le bras qui le guide…. Irruption, Chemin de ta vie, Bleeding Earth…..ou encore Volcano … nous transportent dans cet abstrait qui nous fait réfléchir et voyager plus encore. Alors où va Laurent Bismuth ? Peut être sur « le chemin de ta vie », nouvelle série de dix œuvres sur le thème de la route que chaque Humain doit emprunter à travers le chaos d’un monde qui court toujours plus vite. Son instinct le guide. Sa confiance en lui le rend plus fort pour l’avenir qui sans nul doute lui ouvrira des portes insoupçonnées, pour un trait et des couleurs qui nous enchanteront encore et qui ouvriront dans le regard de l’observateur, un désir tranquille de voyages savoureux dans un monde apaisé et délivré de toutes ses sombres névroses….. Ce qui limite est à dépasser. Merci pour ces belles traversées dans l’imaginaire sensible. Klod Thill – avril 2014.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s